En Mars 2017, il y a 3ans, je publiais sur ce blog un billet sur mon abstentionnisme militant. J'y faisais part de mon engagement politique dont l'expression ne peut pas être le vote, et du pourquoi.

En décembre 2019, j'annonçais ma candidature à la mairie de Levallois-Perret, sous l'étiquette Pirate.

Retour sur l'évolution de mon engagement politique ces derniers temps.

La Campagne, ça vous gagne

Lorsque je me décide à monter cette campagne pour les Municipales 2020, je sais à peu près avec qui et pourquoi je vais le faire. Cela faisait en effet quelques longs mois que je lisais en sous-marin l'expression publique du Parti Pirate, que j'écumais les pages de son site et de son wiki.

Moi qui me plains de l'absence de modernité dans les propositions électoralistes des partis du spectre politique habituel, j'avais en face de moi un raisonnement jeune et audacieux, avec l'impression de pouvoir y participer. C'est bien la première fois de ma vie que cette sensation est présente sans que parallèlement je n'ai l'impression qu'il faille entre carriériste de la politique pour avoir droit de parole dans les débats internes et la construction d'un programme.
C'est donc sans ego aucun que je me rapprochais du Parti Pirate, en y devenant adhèrent et en soumettant mon investiture en leur nom lors d'une réunion collective via discord.

Mon objectif était de marquer le coup à Levallois-Perret. Faire mes armes sur une campagne, apprendre, et augmenter la circulation de mes idées politiques favorites : l'inclusion, la transparence, la solidarité et l'environnement.
À quelques semaines du scrutin, je lâche l'affaire. Trop tard trop crevé trop d'autres choses à faire : le sens des priorités me rattrappe (je rationalise enfin ! Après 35ans de yolo ahah !). La campagne s'arrête faute de temps et d'énergie. Mais je garde précieusement ce que j'ai acquis en chemin.

L'abstentionnisme toujours d'actu ?

Dans ma tête, il est toujours clair que le vote est un concept extrêmement chelou dès lors qu'il est fait pour mandater quelqu'un pour l'expression de notre pouvoir non pas de décision, mais d'action ! Voter pour que quelqu'un fasse les choses à ma place est donc toujours hors de question. D'autant plus dans un système où demander des comptes à ces gens là reste l'équivalent de pisser dans un violon.
Vous ne verrez donc clairement pas aller déposer un bulletin, même blanc, dans les urnes en Mars. En Mars je vais à Porto. Voilà ce que je fais en Mars !

Si je suis encore super chaud pour participer à des campagnes, mais je ne peux pas me résoudre à embrasser des moitiés de projet où je n'aurais jamais le droit de citer, de participer.

Hors de question donc, et toujours, de filer ma voix à un.e futur.e élu.e qui ne saura continuer de me solliciter, moi au milieu de tous les autres concernés, pour les décisions. La démocratie, c'est rien d'autre que ça.

Et demain ?

Après Mars, je vais continuer de m'engager avec le Parti Pirate. Je ne pense pas en parler des masses ici, nous verrons.
Retour des articles et des thèmes chers à ce blog : inclusion, petits tests, revues de net. J'ai des tas de trucs à raconter !